UNPC: le tout puissant Kasonga Tshilunde dribble et marque un nouveau but à Moanda

Le 9ème congrès de l’Union nationale de la presse congolaise va diviser davantage les professionnels des médias.

Le Président sortant de l’Union nationale de la presse congolaise (UNPC) , Kasonga Tshilunde a été réélu président de cette institution syndicale des journalistes congolais, le 05 Octobre dernier, à l’issue d’un congrès tenu à Moanda sur fond de contestations.

A la tête de L’UNPC depuis 2014 pour un mandat de 4 ans, Kasonga Tshilunde avait “glissé” pour s’octroyer deux ans supplémentaires et traîne un bilan mitigé, selon plusieurs journalistes affiliés à l’UNPC.

De la gestion opaque de fonds octroyés à cette institution syndicale en passant par la gestion complaisante des journalistes délictueux, le comité Kasonga tshilunde n’a fait que ternir davantage l’image de la presse congolaise.

Sous son mandat,on a vu des journalistes fichés politiquement exercer sans inquiétude,les politiciens- journalistes détenir les cartes de presse… Que d’abus professionnels impunis !

Comme si cela ne suffisait pas, le comité Kasonga tshilunde a décidé de faire de la première dame,Denise Nyakeru,”l’autorité morale” de la presse congolaise en lui demandant non seulement de financer les travaux de congrès, mais aussi d’ assister personnellement aux travaux pour bien exercer une certaine influence.

La first lady a prononcé,hier à l’ouverture du congrès, un discours très applaudi par les journalistes bien sélectionnés par le tout puissant Kasonga Tshilunde pour la cause et zapper le discours de Jolino Makelele, ministre des médias, victime de fausses informations inventées par le Camp Tshilunde sur la somme qu’il aurait voulu retrancher sur l’ensemble des cent millions USD offerts par la Fondation Denise Nyakeru.

Le patron du journal Éveil Patriotique et étonnamment candidat unique à cette élection, Kasonga Tshilunde, va être secondé pour les quatre prochaines années, au moins si les démons de glissement ne sont plus à ses trousses, par Gaby Kuba, Journaliste indépendant, expert en questions minières, élu vice-président, de Sylvie Bongo, réélue Trésorière et consorts.

Le congrès n’étant pas une fin en soi, la messe de Moanda , sans “Moanda velela” aura été un levain d’antipathies entre les professionnels de médias au vu du contexte de sa tenue. La semaine dernière, un caucus des journalistes,se disant légalistes, étaient allés solliciter l’implication de Joseph Olenghankoy, président du CNSA pour, d’un côté recoller les morceaux et de l’autre,exorciser l’immixtion de la politique dans une structure qui se veut politiquement neutre.

La rédaction