RDC: Les officiels annoncent la fin de la onzième épidémie d’Ebola

C’est désormais officiel, l’épidémie d’Ebola dans la province de l’Equateur, en République Démocratique du Congo a été déclarée finie. Le ministre de la Santé, Dr Eteni Longondo a fait cette annonce ce mercredi 18 novembre à Mbandaka (580 km), première grande ville de la province de l’Equateur, au Nord-ouest du Congo.

Cette maladie, la onzième depuis les années 1970, année de la découverte du Virus Ebola en RDC, a touché pour la cinquième fois la province du Grand Équateur. Elle est survenue juste deux ans après une précédente épidémie dans la province de l’Equateur. Déclarée le premier juin dernier, elle a surgi à quelques jours de la fin de la dixième épidémie d’Ebola qui elle, a sévit dans le Nord Kivu et en Ituri avec 2287 morts.

Contrairement à la vague de la dixième virus Ebola, la onzième à l’Equateur a été un peu plus clémente. Elle a fait 55 morts dont deux personnel soignant. Mais le taux de mortalité a été tout aussi élevé. Selon les chiffres du Dr Eteni Longondo, ministre de la santé, ce taux a été de 42,3% et un taux de guérison de 57,7%. 13 zones de santé ont été touchées sur les 18 que compte la province.

Dans son discours devant la presse locale, le ministre de la santé a salué l’engagement du Docteur Jean-Jacques Muyembe, célèbre épidémiologiste, qui a donné “un appui technique à l’équipe de riposte”. Dr Eteni Longondo a souligné “la particularité de la onzième épidémie d’Ebola qui est survenue dans un contexte marqué par l’expansion de la pandémie de Coronavirus”. Le ministre renseigne aussi que Ebola à l’Equateur s’est étendue “aux zones fluviales et lacustres, ce qui a constitué un défi logistique majeure quant à la mise en œuvre des activités de riposte, dans un système de santé déjà fragilisé par des épidémies antérieures et par la faible implication et adhésion de la communauté aux recommandations de l’équipe de riposte”.

Eteni Longondo a également attiré l’attention des communautés de l’Equateur sur le fait que “le risque élevé de résurgence des épidémies reste permanent et doit servir de signal d’alarme pour que le système de surveillance épidémiologique soit renforcé”. Tout en recommandant la population de rester vigilante pendant toute la période de l’après Ebola, le ministre de la santé a tenu à rassurer qu’une “équipe continuera à soutenir le transfert de compétences vers les prestataires locaux en vue de renforcer le système de santé de la province”.

Patrick Ilunga