RDC :  le président Félix Tshisekedi demande au gouvernement d’assurer la sécurité du Dr Denis Mukwege

Objet de menaces, le Docteur Denis Mukwege, prix Nobel de la paix sera désormais sécurisé par le gouvernement de la république démocratique du Congo. C’est ce qu’ a décidé le président Félix Tshisekedi. Selon Jolino Makelele, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement Congolais, à l’occasion du Conseil des Ministres tenu vendredi 21 août par vidéo conférence, “le chef de l’État a tenu les membres du conseil des ministres informés des intimidations, correspondances haineuses et menaces de mort dont le Docteur Denis Mukwege, Prix Nobel de la paix 2018 faisait l’objet à la suite de son plaidoyer en faveur de la paix dans l’Est du pays, en proposant la création d’un Tribunal pénal international pour la RDC afin de juger les graves crimes qui y sont commis contre la population civile.

Jolino Makelele a ensuite ajouté : “c’est pourquoi, le président de la République a engagé le gouvernement et, particulièrement les ministres ayant l’Intérieur et la Sécurité ainsi que la Justice dans leurs attributions de prendre toutes les mesures qui s’imposent pour assurer la sécurité du Dr Mukwege et l’ouverture des enquêtes sur ces faits”.

Il y a encore quelques jours, Denis Mukwege, dénonçait lui-même les menaces et attaques dont il est l’objet depuis qu’il a dénoncé les massacres de Kipupu au Sud-Kivu, province.
Le célèbre gynécologue se disait victime des menaces suite “à son combat de recherche de la paix et de la vérité”.
Dans son message intitulé « Appel à la paix »  lancé fin juillet, il soulignait que même les membres de sa  famille ont été intimidés et menacés.
Mukwege avait promis néanmoins de continuer à s’exprimer sur la réalité des atrocités en RDC.
“Aucune menace, aucune utilisation de la peur, ne m’empêchera de m’exprimer sur la réalité des atrocités que vivent les populations de mon pays et dont je soigne les séquelles tous les jours dans mon hôpital à Bukavu. Depuis 2012, après deux tentatives d’assassinat, je continue de recevoir des menaces de mort. Je vis dans mon hôpital sans pouvoir en sortir sauf lors de mes voyages à l’étranger. Qui a intérêt à m’assassiner ? pourquoi ma recherche de la vérité et mon désir de justice dérangent ?”, s’était-il interrogé.

Impactinfo