[RDC-Grogne à l’EPST] Augustin Tumba Nzuji se déchaîne

Le Secrétaire Général de la Fédération Nationale des enseignants et Éducateurs sociaux du Congo(FENECO/UNTC), Augustin Tumba Nzuji a, au cours d’une interview accordée à la presse ce lundi 19 octobre, étalé la grande cause de la grève déclenchée par les enseignants de l’EPST en cette date.

Selon lui, c’est l’indifférence du gouvernement envers les enseignants qui cause ces grognes;

” Le 9 octobre, nous mettions en garde le gouvernement congolais devant sa lethargie et ce, à travers une Déclaration syndicale signée par la CSC-Enseignement, le SYNECAT, le SYES et la FENECO/UNTC. Au nom du Consortium des Syndicats des Enseignants les plus représentatifs de la RDC (COSYER), nous exigions au gouvernement de reprendre les travaux de négociation avec le banc syndical, nous avons travaillé nuit et jour pour dégager les éléments devant entrer en ligne de compte pour mener à bien cette évaluation de l’accord de Bibwa qui a été signé le 18 décembre 2019. Cette évaluation devra permettre de situer chaque point d’accord, son niveau d’exécution, la responsabilité de chaque partie afin de dégager ainsi les mesures nécessaires pour résoudre les problèmes et contourner les difficultés de mise en œuvre. Il est question de fixer les termes d’application des deux palliers à payer sans délai pour permettre ainsi de mettre fin à la discrimination dans les indemnités de transport et de logement ainsi que la prise en charge médicale ; de procéder au paiement des enseignants “N.U” suivi de leur contrôle rigoureux; de bien vouloir ouvrir les travaux d’évaluation et de transposition de grades avec la participation des syndicalistes provinciaux; de ne suivre que la voie du dialogue social pour résoudre tous les problèmes du secteur, a-t-il précisé.

D’après ce dernier, il se pose trois grands problèmes que l’Etat doit résoudre au plus vite possible. Le premier est celui de la différence des indemnités qui sont payées seulement à certains enseignants, moins à d’autres et rien à d’autres encore. Le deuxième problème selon lui, est celui de paiement des enseignants dits Nouvelles Unités “N.U” qui devraient d’ailleurs toucher leurs premiers salaires au mois d’avril dernier mais le suivi n’avait pas été réalisé à cause de la pandémie à COVID-19″; en payant ces enseignants par le contrôle rigoureux, les faux seront pris la main dans le sac et les masques de ceux qui combattent la gratuité tomberont.

Signalons par ailleurs que ce représentant des enseignants dénonce l’indifférence du gouvernement vis-à-vis d’eux, mais qui se confie plus aux médias en lieu et place de chercher un terrain d’entente avec les enseignants.

Blaise Bonduku