Motion de censure : NOGEC s’insurge contre le” récent scandaleux arrêt” de la cour constitutionnelle

Dans une déclaration faite le samedi 22 Janvier dernier, la Nouvelle Génération pour l’Emergence du Congo ( NOGEC) de Me Constant Mutamba s’indigne contre l’installation d’un non Etat et exhorte le Premier ministre à ignorer la motion de censure initiée contre son gouvernement.

La NOGEC “est profondément préoccupée par le coup de force que tente d’opérer l’union sacrée à travers la requalification d’une majorité parlementaire pourtant constituée depuis l’entame de la législature”.

Pour ce parti resté fidèle au Front Commun pour le Congo ( FCC) de l’ancien chef d’Etat, l’honorable sénateur Joseph Kabila, c’est la cour constitutionnelle qui est à la base de cette situation à travers son ” récent scandaleux arrêt” .

” La Nouvelle Génération pour l’Emergence du Congo ( NOGEC) dénonce la complicité de la cour constitutionnelle, qui a cessé d’être sentinelle de la constitution pour devenir une caisse de résonance au service de l’union sacrée. A travers son récent scandaleux arrêt, un député peut désormais appartenir à la majorité parlementaire alors que le parti ou regroupement politique grâce auquel il a été élu, appartient à l’opposition”.

NOGEC s’insurge aussi contre le fait que “le bureau d’âge qui a une compétence limitée et qui fait l’objet d’une procédure de destitution puisse se déclarer illégalement compétent pour connaître la motion de censure contre le Premier ministre”.

Face à cette situation, le parti politique de Me Constant Mutamba constate et condamne ” l’institution de la République de non Etat et invite le Premier ministre à ne pas légitimer cette initiative”.

Dans l’entretemps, les députés nationaux continuent de déposer au bureau de l’assemblée nationale les fiches de configuration politique de l’assemblée nationale ( majorité ou opposition) et le Premier ministre est attendu le mardi 26 Janvier prochain pour présenter ses moyens de défense.

Saint Yannick