ESU : 17 étudiants exclus de l’Université officielle de Mbuji Mayi

Dix et sept, c’est le nombre d’étudiants de l’Université officielle de Mbuji Mayi qui ont été définitivement exclus de l’établissement par le comité de gestion de cet Alma Mater.

Selon nos confrères d’Actu7.cd qui ont rapporté cette information jeudi 04 novembre, certains de ces étudiants ont initié, chapeauté et préparé un mouvement de protestation violente ayant conduit à la destruction du patrimoine de cet établissement d’enseignement supérieur ; tandis que d’autres ont manqué gravement du respect aux enseignants chargés de surveiller les examens de la session d’octobre.

La même source renseigne que onze (11) de ces étudiants ont été identifiés comme responsables des troubles et casse ayant conduit à l’irréparable. Ces troubles ont survenu sur le site de l’Université officielle de Mbuji Mayi le 20 septembre dernier.

Il s’agit à cet effet de : Kabongo Kasonga Cédric, Muila Shabange Trésor, Kitenge Loyamba Dieu Merci, Kalala Mukadi Shadrack, Kamalenga Bankoma Gloire, Katende kalombo Ben, Kaseba Kaseba Steve, Mutombo Kabongo, Lumumba Ilunga Louis, Ciminyi Cimenga Ladislas, Kalala Kapeta Bertin “, ont rapporté nos confrères d’actu7.Cd.

En outre, Kalonji Kabongo Dany, Kadima Mbuyi Eliezer, Cibuyi Katumbayi Ben, Badibanga Tshitumbi Héritier, Musasa Tshibanda Timothé et Cimanga Mbuyi Célestin; au total six (6) étudiants ont été exclus pour avoir révélé un comportement qui d’après le comité de gestion de cette institution d’enseignement supérieur et universitaire est jugé de “l’indiscipline notoire et du manque de respect à l’endroit du corps enseignant”.

De ce fait, les 17 victimes furent sommés de s’abstenir de marquer leur présence sur le campus et de se mêler de toute activité ou initiative estudiantine sous peine d’être traduit en justice par l’Université.

Il sied de noter que, le comité de gestion de l’Université officielle de Mbuji Mayi s’est dit en ce sens, évaluer à 29.420 $ la perte enregistrée lors des manifestations des étudiants le 20 septembre dernier.

Cette perte est due cependant, à la destruction de 43 feuilles de vitres des auditoires et bureaux, 66 tôles galvanisées, un hangar, un banc en bois, une boîte à suggestions, 34 chaises en plastique, 4 panneaux solaires, une photocopieuse et un ordinateur portable de l’un de ses professeurs, le pillage de quelques livres, ainsi que 5 ouvrant de fenêtre métallique, renseigne le document officielle de l’UOM lu et consulté par nos confrères d’Actu7.Cd.

Josué Nsema