Éducation : Le collège REKA confisque les bulletins des élèves

Après la clôture de l’année scolaire 2019-2020,  le collège REKA confisque les bulletins des enfants bien qu’ils soient en ordre avec tous les frais dus. Après multiples réclamations des parents,  la gestionnaire demeure sourde.

Selon plusieurs parents, tous les responsables d’enfants  qui se rendent à l’école pour récupérer les bulletins reçoivent une fin de non recevoir de la part de la gestionnaire,  madame Didy Munung. L’école préfère s’approprier ces documents appartenant aux enfants, privant ainsi aux parents la possibilité d’aller scolariser leurs enfants ailleurs.

Étant un document officiel, prouvant la scolarité d’un enfant,  le bulletin scolaire est la propriété privée d’un enfant. Il le reçoit à la fin de chaque année scolaire ,  évidemment, après s’être acquis de tous les frais règlementaires. Quiconque priverait un élève de ce sésame,  s’expose à des poursuites pénales.
A son article 2, l’ordonnance-loi numéro 21/84 du 14 février 1959 portant interdiction de retenir certaines pièces ou documents officiels, stipule que “quiconque aura retenu l’une ou l’autre de ces pièces contre le gré de celui qui en est le porteur, ou sans motif légal plausible, sera puni d’une peine de deux mois au maximum de servitude pénale”.

Sans explication aucune, sans en avoir au préalable discuté avec les parents à travers l’assemblée générale,  les responsables de REKA ont unilatéralement décidé de doubler les frais scolaires. De 700$ à 1400$ pour la maternelle, de 650$ à 1300$ pour l’école primaire et de 750$ à 1500$ pour l’école secondaire. Situation que plusieurs parents n’approuvent pas, vue la conjoncture        socio-économique du pays post COVID19. Ils préfèrent donc aller inscrire leurs enfants ailleurs.

En outre ce problème, les responsables du collège REKA exigent aux parents de s’acquitter de 50$ d’une excursion déguisée en visite guidée,  et qui pourtant n’a jamais eu lieu. Cette sortie devrait avoir lieu à Kingakati dans la ferme privée appartenant à l’ancien président de la république,  Joseph Kabila.

Si c’est toute l’école qui est concernée, celà n’est pas une visite guidée. C’est plutôt une excursion,  qui n’a pas un caractère obligatoire mais facultatif. C’est la visite guidée qui est obligatoire parce que c’est l’apprentissage d’un cours. La visite guidée de toute une école ne se fait jamais. Quant aux frais y afférents, on ne peut pas chasser un enfant pour ça. C’est l’enfant qui part qui paie. On ne peut pas trouver sur l’horaire de l’école un cours qui se répète dans toutes les classes pour que tous les enfants sortent ensemble”, a déclaré un parent.

Contactée  par la rédaction pour la vérification de tous ces faits, la gestionnaire du collège REKA est restée évasive.
les parents étaient venus inscrire leurs enfants ici de leur propre gré. D’ailleurs, pour l’année prochaine,  les inscriptions sont déjà en cours et le nombre de nouveaux inscrits ne cesse d’augmenter…ceux-là qui veulent partir n’ont qu’à payer tous les frais exigés”, a déclaré  la gestionnaire du collège REKA.

Signalons que ce collège se trouve  dans le quartier Brikin de la commune de Ngaliema. Sa promotrice est l’actuelle directrice générale de la caisse nationale de sécurité sociale(CNSS),  ex. institut national de sécurité sociale(INSS), Agnès Mwad. Elle est membre influente de l’ancien parti présidentiel cher à Joseph Kabila,  PPRD. La gestionnaire n’est autre que la fille de la promotrice.

BL