Attaques contre l’archevêché de Kinshasa : Félix Momat dénonce “des actes ignobles”

La société congolaise est encore en émoi deux jours après les actes de vandalisme perpétrés contre des paroisses catholiques à Mbuji-Mayi et presqu’un jour après les attaques de l’archevêché de Kinshasa. La classe politique congolaise est unanime pour dénoncer l’inacceptable. Ancien Vice-ministre du Budget, le professeur Félix Momat a, dans un tweet dénoncé “des actes ignobles”.

“Même dans une société résolument iconoclaste, il y a des limites à ne pas franchir. La profanation des paroisses catholiques, l’attaque de l’archevêché de Kinshasa et de la résidence de Tata Cardinal constituent des actes ignobles à condamner fermement. Justice pour l’église”, a écrit le professeur Félix Momat. Les actes de vandalisme dont l’archevêché de Kinshasa, les paroisses catholiques et l’archevêque de Kinshasa Fridolin Ambongo ont été l’objet sont perpétrés alors que le débat politique en RDC est dominé par la désignation des membres de la CENI, processus dans lequel la prise de position de la CENCO est perçue comme allant contre le pouvoir actuel. Aussi, faut-il dire que la dernière prise de paroles du cardinal Ambongo a été interprétée comme une attaque contre la gestion du pouvoir actuel. Ceci expliquant cela, les jeunes qui lançaient des projectiles à l’archevêché de Kinshasa dimanche 1 août, ont accusé, injures à l’appui, l’archevêque de Kinshasa d’avoir “politisé l’église”.

Messo Pati