Libéralisation du secteur de l’électricité : Me Baby Akwamba, DGA de l’ARE, rassure

La cérémonie de prise de fonction de nouveaux mandataires au sein de l’Autorité de Régulation du secteur de l’Electricité (ARE) et de l’Agence Nationale de l’électrification et des Services énergétiques en milieux Rural et péri-urbain (ANSER), a marqué un tournant historique dans la bonne marche du ministère des Ressources Hydrauliques et Electricité, en général, et dans celui du secteur de l’électricité, en particulier.

Le mardi 11 août 2020, Me Baby Akwamba, DGA de l’Autorité de Régulation du secteur de l’Electricité, a, en marge de la cérémonie de son installation, laissé entendre que c’est depuis 2014 que le secteur de l’électricité a été libéralisé par la loi relative au secteur de l’électricité. “Cette loi, explique-t-il, avait offert le marché de l’électricité à tout opérateur. Les animateurs de l’autorité de régulation n’avaient pas été nommés”. Et de préciser que cet instrument juridique avait déjà institué l’autorité de régulation et que le ministre ayant en charge l’électricité a eu donc à exercer le pouvoir dévolu à l’autorité de régulation.

A l’en croire, cette libéralisation du secteur de l’Electricité consacre trois axes à savoir : la réglementation, le contrôle et le suivi. “Maintenant que nous sommes les animateurs donc nos actions pourront produire les effets rétroactifs. La loi qui prévoit la libéralisation du secteur de l’électricité avec ses mesures d’application, bien entendu, prévoit justement tous les mécanismes devant permettre à ce qu’il y ait un développement dans le secteur de l’électricité”, a renchéri le DGA de l’autorité de régulation du secteur de l’électricité, Me Baby Akwamba.

Aujourd’hui, la République Démocratique du Congo se situe à la croisée des chemins, en décidant de changer sa politique énergétique, notamment par la libéralisation du secteur de l’électricité. Elle offre, par le fait, deux avantages majeurs : d’une part, elle ouvre la possibilité de la libre concurrence, possibilité dont devra découler rapidement et logiquement une croissance ressentie de la capacité énergétique nationale; d’autre part, l’opérationnalisation de l’Agence Nationale de l’Electrification et des services énergétiques en milieu rural et périurbain, qu’elle induit, vient combler un grand vide qui confinait injustement la desserte électrique aux seuls centres urbains, en négligence parfaite de la plupart des milieux ruraux, ce depuis la période coloniale.

Dans son allocution, le Ministre d’Etat, Ministre des Ressources Hydrauliques et Electricité, Eustache Muhanzi Mubembe a rappelé succinctement les missions principales dévolues par la loi aux deux établissements publics à savoir : l’Autorité de Régulation du secteur de l’Electricité assure la régulation ainsi que le contrôle et le suivi des activités du secteur de l’électricité.

A ce titre, elle a pour mission notamment, d’organiser et de promouvoir la compétitivité et la participation du secteur privé en matière de production, de transport, de distribution, d’importation, d’exportation et de commercialisation de l’énergie électrique, tandis que l’Agence Nationale d’Electrification et des Services énergétiques en milieux Rural et péri-urbain est chargée de la promotion, du financement et de la mise en œuvre de la politique générale gouvernementale pour l’électrification des milieux Rural et périurbain.

Christian Okende

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Dusty dit :

    Execelent !!! Note 10 — 100 authentic —

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 + 29 =