Kasa-vubu héros national : Félix Tshisekedi rétablit la vérité historique

Ph. Dr tiers

C’est depuis hier lundi 29 juin que le Président de la République a décidé d’élever le Premier Président de la République Démocratique du Congo au rang de héros national. Soixante ans après, le combat de Kasa-vubu est reconnu et l’histoire doit être réécrite.

Kasa-vubu est certes la personne à qui il ressemble le plus dans l’orthodoxie financière, la tolérance politique et surtout sa neutralité diplomatique dans la définition des approches et enjeux politiques planétaires. Mais, au-delà de cela, le Président qui n’a cessé de recevoir des bénédictions coutumières de Ne Kongo, Bena Kongo, depuis hier, a tout simplement rétabli une vérité historique absolue. En effet, Kasa-vubu non seulement qu’il avait lutté courageusement contre les colonialistes avant 1960 jusqu’à obtenir l’indépendance avec les méthodes et qualités qu’on lui reconnaissait dont la sagesse, l’ouverture d’esprit, la ténacité et surtout la taciturnité qui faisait de lui un homme très réfléchi, mais aussi et surtout il avait pu conserver l’intégrité territoriale pendant les moments les plus troubles de notre existence comme État : les heures qui ont suivi notre accession à l’indépendance. Des sécessions, des enjeux mondiaux, la guerre froide, le combat pour se donner un contenu comme État, la sauvegarde des acquis économiques…

Les Ne Kongo s’étaient toujours sentis mal aimés par rapport aux injustices même d’ordre symbolique auxquels ils étaient exposés. Les leurs n’étaient pas reconnus à leur juste valeur au-delà des effets des nominations dans les entreprises publiques qui demeurent discriminatoires.
Cette élévation tombe à point nommé pour tenter de réconforter la première province de la République Démocratique du Congo à continuer à se joindre au destin national du pays.

Kasa-vubu avait refusé, lors des sécessions, de créer un État ethnique Kongo pour garantir l’intégrité territoriale du Congo. Il s’est mis dans son dos ses amis de lutte et stratégiques comme le premier Président de la République populaire du Congo. Il avait accepté l’humiliation quand on ne le comprenait pas en s’oubliant. Il a quitté le pouvoir sans qu’il l’ait voulu et sans qu’il l’ait contesté pour garantir la paix au pays. Il a fait exister un pays qui était appelé à disparaitre à l’aube de son indépendance. “Combattre intelligemment et gagner sans triomphe pour bien conserver son Kongo”, ne cessait-il de dire à qui se plaisait de l’entendre.

Soixante ans après, il importe de mieux enseigner cette personnalité à l’immense histoire et au caractère très réfléchi de notre Histoire.

Saint Yannick

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 + 7 =