Arrestation de Tunda : les membres du gouvernement désapprouvent et condamnent “l’arrestation arbitraire” du vice-premier ministre, ministre de la justice et Garde des sceaux

Le Premier ministre Ilunga Ilunkamba a tenu une réunion, ce samedi 27 juin 2020, autour des vice-premiers ministres et ministres d’Etat, au sujet de l’arrestation brutale et arbitraire du vice-premier ministre, ministre de la justice et Garde des sceaux, Célestin Tunda.

Dans une déclaration rendue publique par la cellule de la communication du premier ministre, à l’issue de cette réunion, les membres du gouvernement ont exprimé leur indignation pour l’humiliation subie par leur collègue en violation des règles élémentaire d’un Etat de droit.

«Cet incident grave et sans précédent est de nature à fragiliser la stabilité et le fonctionnement harmonieux des institutions, et à provoquer la démission du Gouvernement», reprend la déclaration. Et d’ajouter : « aucun membre du Gouvernement ne peut être poursuivi pour des opinions émises lors des délibérations du Conseil des Ministres».

Le Premier ministre, dans la foulée, demande au Président de la République de garantir le respect du secret des délibérations du conseil des Ministres, consacré par l’article 27 de l’ordonnance n°20/016 du 27 mars 2020, portant organisation et fonctionnement du Gouvernement, modalités et collaboration entre le Président de la République et le Gouvernement ainsi qu’entre les membres du Gouvernement. Ainsi, de saisir le Conseil Supérieur de la Magistrature pour l’Ouverture d’une action disciplinaire à charge des magistrats qui ont procédé à l’arrestation arbitraire du vice-premier ministre, ministre de la Justice. Et de sécuriser les membres du Gouvernement notamment aux immunités dont ils sont couverts.

Le Chef du Gouvernement a, au finish, interpellé les services de police et de sécurité, en ce que leurs agissements doivent se baser sur le strict respect de la constitution. Il sied de rappeler que le Vice-premier ministre, ministre de la justice a été arrêté et relâché, le samedi 27 juin dernier, après plusieurs heures de l’audition à la cour de cassation.

Michel Nsimba Kadi

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 × 16 =