60 ans après l’indépendance : “la jeunesse est menottée par des idéologies confuses et mal expliquées” (Dr Etienne Ndjibu)

Invité à répondre sur l’implication de la jeunesse dans les partis politiques, Docteur Étienne Ndjibu, président interfédéral de l’espace Katanga de l’Alliance pour le Progrès du Congo, parti membre du CACH créé et dirigé par Henriette Wamu, se montre très critique envers les partis politiques qui exploitent la jeunesse.

Pour ce jeune très dynamique, on ne peut pas comprendre que les jeunes aient été à la base de l’indépendance pour assurer d’abord leur destin et que 60 ans après, la jeunesse n’arrive plus à saisir le contrôle de son propre destin et se faire menotter par des idéologies confuses, mal expliquées.

A la question de savoir les raisons pour lesquelles la jeunesse semble être reléguée au second plan dans les partis politiques surtout en ce qui concerne le partage des responsabilités publiques, l’interfédéral de l’APC/Katanga pense qu’il y a un conflit de générations au sein des partis politiques congolais. “L’aristocratie qui s’y installe étiquette la jeunesse par l’inexpérience, le manque de la valeur politique ajoutée, toute une série d’étiquettes empreintes du mépris pour justifier leur gloutonnerie. Le peu des jeunes qui ont l’opportunité d’occuper des postes de décision sont recrutés sur base des antivaleurs teintées du favorisme piétinant ainsi une vertu cardinale qu’est la méritocratie”, a-t-il argué.

“La jeunesse congolaise doit être considérée comme un acteur privilégié de la paix et du développement et doit être intégrée dans toutes les mutations politiques en essayant de le responsabiliser”, a-t-il poursuivi.

Pour Dr Etienne Ndjibu, le recours au patriotisme demeure la seule voie royale pour la jeunesse.

Saint Yannick

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
34 ⁄ 17 =